arboré

Sur le  berceau dans l’aube qui m’a vu naitre il y eut des papillons dans le cou et un serpent qui y cherchait du lait. En ce temps là j’étais fermier et j’avais déjà un tronc et des branches  recouvertes de mousses se perdaient dans le ciel.  C’est là dans une enveloppe végétale et parfumée que logeait la fée et les oiseaux qui l’accompagnaient  allaient comme la fumée monte dans une cheminée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s